Espace Membres

Le RC Noisy le Grand Marne la Vallée crée une équipe Féminine à 7

Interview de Benoit Guilbot, Secrétaire Général Adjoint en charge de la Communication / Emploi / Responsable Tremplin Formation Excellence et du Rugby Féminin

CIFR : Pour commencer, peux-tu nous décrire, en quelques mots, le club de Noisy le Grand (effectifs, niveau…) ?
Benoit Guilbot : Le Rugby Club de Noisy le Grand (RCN) existe depuis 1981. Après une bonne quinzaine d’années en Fédérale 3 et un titre de Champion d’Ile de France Honneur en 2010, nous sommes actuellement en Promotion d’Honneur. Un retour vers l’Honneur est un objectif à atteindre dans un avenir proche. On est un peu plus de 230 licenciés dont une centaine à l’Ecole de Rugby. L’important, c’est qu’à ce jour, 80% d’une feuille de match en première et en réserve est constituée de joueurs issus de la formation. Pour nous, notre avenir est là : former et accompagner. Rétrospectivement, nos meilleurs éléments passés par la formation de Noisy sont des gamins en Fédérale 1 et une tête de pont en Top 14, Matthieu Ugena, au Stade Français Paris. Nous insistons donc sur la formation accessible à tous, avec l’identification de pépites et leur accompagnement : on a appelé cela le TREMPLIN FORMATION EXCELLENCE et naturellement, Matthieu a accepté d’en être le parrain. Alors, quand on voit cela, on se dit que la formation est plus qu’une ambition, c’est l’ADN de Noisy.

CIFR : Ton club lance une équipe féminine de Rugby à 7, quels sont les objectifs ?
Benoit Guilbot : Les filles à Noisy, cela ne date pas d’hier. Sandrine Agricole a fait ses premiers pas à Noisy avant de faire carrière à haut niveau et, dernièrement, nous avons une cadette qui s’épanouit en tutorat au Stade Français Paris. On en revient donc à cet esprit TREMPLIN sportif dont on fait une spécificité mais que l’on décline dans le secteur de l’emploi. Pour les féminines à 7, on veut faire les choses dans l’ordre. Structurer avant de tout mettre en route pour ne pas décevoir. Alors, on s’est rapprochés de gens qui ont de l’expérience et qui ont tendu une oreille au projet. Par nos relations privilégiées, nous avons pris contact avec le pôle féminin du Stade Français Paris. On s’est rencontrés plusieurs fois, on a échangé sur le contexte, les méthodes, les points forts, les écueils, les échecs. Et puis, on a aussi regardé ce qui se faisait dans les clubs en proximité. Il y a de la place…

Globalement, le 7 se développe avec des réussites comme les Jeux Olympiques ou le Sevens à Paris qui ont donné une belle image de ce rugby et qui correspond bien à une pratique féminine. Comme à Noisy on ne veut pas faire « comme les autres », notre ambition est de développer le 7 féminin comme une véritable spécialité et devenir un bassin de formation référent pour le sud 93. On sait que l’aventure ne sera pas simple mais elle sera terriblement excitante ! Toutes les filles qui souhaitent faire partie de ce challenge sont les bienvenues.

CIFR : En quoi une équipe féminine sera un plus pour le club ?
Benoit Guilbot : J’apporterai 2 réponses. La première est sociale. Grâce à la pratique du rugby, il s’agit d’aider une fille à trouver sa place dans un monde de mecs. Ce n’est pas simple de s’affirmer quand on a 13 ans. Ce n’est pas simple de dire à ses parents que les « Repettos » auront plutôt 6 crampons à l’avant. Ce n’est pas simple de dire à ses copines que  » désolée, j’ai entrainement et on va travailler les plaquages ». C’est le rôle d’intégrateur social que le RCN se doit de tenir dans sa ville qui est aussi son premier soutien. Une formation pas élitiste, pour tous, avec des objectifs d’excellence, c’est pas mal, non? 

La seconde est sportive. Une équipe féminine pour le club, c’est avant tout un groupe intégré et non une section qui vit en parallèle. Ça fait bouger les lignes. Pour être pragmatique, c’est à la fois des licenciées en plus, des dirigeantes et des éducatrices en plus des joueuses que nous souhaitons former. Mais c’est beaucoup plus riche que cela. C’est surtout un autre regard sur nos pratiques sportives et notre organisation, une bouffée d’oxygène sur le terrain – on envisage par exemple pour les seniors des sessions d’entrainement en commun – ainsi que dans la vie du club en général car elles sont aussi très festives. Notre sport a une valeur éducative de l’EDR jusqu’aux seniors, la mixité sportive, c’est tout bénéf !

2017-03-06T15:01:59+00:00